12 mars 2015

Tarte à l'échalote et au chèvre

     Le fromage de chèvre est un de mes fromages préférés. L'histoire d´amour a commencé en première année d'école avec I. et Y., deux grands fans de ce fromage à pâte molle. Il ne pouvait pas y avoir d'apéritif ou de repas sans toast de buche de chèvre avec du miel et des herbes de Provence. C'était un passage obligé ! Les pizza lardons-chèvre étaient nos préférées de tout le rayon quand il s'agissait d´apporter quelque chose pour diner. Lorsqu'I. m´a parlé de cette recette rassemblant des échalotes confites et du fromage de chèvre dans une tarte, je me suis dit que cela ne pouvait que me plaire. Et en effet ! C´est une tarte qui est aussi bonne chaude que froide. Merci I. pour la recette, c'est un délice pour tout fan de buche de chèvre.

Tarte chèvre échalotes 2

 

Ingrédients pour une tarte (4 à 6 personnes)

  • 1 pâte feuilletée ou brisée
  • 1 kg d'échalotes
  • 1 buche de chèvre
  • 100 g de beurre
  • 3 c. à s. d'huile d´olive
  • 2 à 3 c. à s. de cassonade 

Eplucher les échalotes et les ciseler (c'est la partie la plus longue et fastidieuse de la recette ! Allez, courage...). Les faire revenir 20 min à feu doux dans une grande poêle avec l'huile et le beurre. Il faut obtenir des échalotes un peu confites. En fin de cuisson, ajouter la cassonade, saler et poivrer légèrement. Bien mélanger.

Préchauffer le four à 180°C.

Etaler la pâte dans le moule, verser les échalotes confites et répartir sur la surface des rondelles de chèvre. Faire cuire pendant environ 40 min.

Tarte chèvre échalotes 1

A servir avec une bonne salade verte !

Posté par Sixtine Cuisine à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


02 mars 2015

République Tchèque : découvertes culinaires à Prague

     Après la Chine, le contenu de mes assiettes a radicalement changé. Ici en Allemagne, les nouilles de riz se sont transformées en Spätzle, les xiao long bao en Maultaschen et les minuscules morceaux de poulet émincé en grosses pièces de porc qui suffiraient à nourir une famille de 10 personnes. Mais il ne s'agit pas de l´Allemagne dans cet article ! Parlons plutôt de la gastronomie tchèque qui ressemble néanmoins à la cuisine allemande. A Prague, j'ai retrouvé les fameuses Knödel (boulettes à base de pomme de terre ou de pain), le jarret et les plats revigorant (il faut dire qu'avec les températures du mois de novembre, les Tchèques ont besoin de prendre des forces pour affronter le froid).

     LE plat de Prague, celui que l'on retrouve à la carte de tous les restaurants plus ou moins touristiques, c'est bien sûr le Goulasch. Il s'agit d'un plat de viande en sauce souvent accompagnée de Knödel de pomme de terre. Le meilleur, c'est quand il est servi dans une miche de pain entière ! La mie s'imprègne de la sauce et on peut gratter le fond de la miche à la cuiller. Miam ! Le Goulasch est le plat le plus typique de Prague autour duquel les restaurants font toute leur publicité. Sans vouloir froisser les Tchèques, je n'ai pas trouvé ca réellement exceptionnel... j'y ai retrouvé le goût du boeuf bourgignon de la cantine. Pas mauvais mais rien de particulier !

Goulasch Prague

 

     En dehors des pommes de terre et du porc, c'est le chou que l'on retrouve souvent dans la cuisine tchèque. Les soupes de chou permettent de commencer le repas en se réchauffant (surtout quand elles sont pleines de crème et accompagnée de morceaux de saucisses). J'ai aussi gouté les beignets de chou. Bourratif mais plutôt bon !

Beignet chou Prague

Soupe chou Prague

 

     Lorsqu´on ne mange pas au restaurant, les possibilités de manger dans la rue ne manquent pas. Kebab, saucisses, poêlées de pommes de terre : le choix est varié. Avec C., nous avons goûté à la charcuterie locale dans une très belle boucherie. Les planches de charcuterie commandées par les autres clients nous ont mis l'eau à la bouche. Au menu : le fameux jambon de Prague et une sorte de pain de viande découpé en tranches et accompagné de bon pain. C'était vraiment très bon !

 

Jambon de Prague

Pain de viande Prague

 

     Les Tchèques mangent aussi beaucoup de tartines de pain recouvertes de charcuteries ou de poisson. En face de cette belle boucherie se trouvait un joli salon de thé assez girly qui proposait la version raffinée de ces snacks parfois grossiers. La vitrine alléchante proposait de belles tartines de pain blanc ou complet avec des garnitures à base de poisson, oeufs ou légumes. Nous avons opté pour les tartines à la crème de betterave, fromage frais et noix. C'était très bon ! Le cadre était vraiment adorable, propice aux discussions entre filles :)

Tartines Prague

 

     Je garde le souvenir d'une cuisine tchèque pas mauvaise mais assez bourrative et qui manque de finesse. Une fois qu'on a goûté un Goulasch, on n'a pas forcément envie d'y revenir ! On trouve néanmoins à Prague de nombreux restaurant internationaux qui permettent de manger autre chose que du chou, de la viande en sauce ou des pommes de terre. 

Posté par Sixtine Cuisine à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 mars 2015

Eclairs au chocolat et à la vanille

     Une des pâtisseries préférées de mon père est l'éclair au chocolat. Quand on achète des gâteaux individuels pour le dessert d'un repas dominical, on hésite souvent entre le hérisson au chocolat et les éclairs pour lui. Un jour, j'ai aussi voulu me lancer et faire mes propres éclairs pour lui faire plaisir. Pâte à chou, crème patissière au chocolat et à la vanille : c'est long mais ca vaut le coup ! Je n'étais pas décue du résultat et mon père était très très content de cette surprise. Les finitions manquent un peu de précision (le glacage notamment) mais une fois que l'éclair est englouti, on ne fait plus la différence ;)

Eclairs 1

Ingrédients pour 10 petits éclairs

Pâte à chou

  • 100 ml d'eau
  • 44 g de beurre
  • 50 g de farine
  • 2 oeufs 

Crémes patissières au chocolat et à la vanille

  • 120 g de chocolat noir à patisser
  • 200 ml de lait
  • 3 petits jaunes d'oeufs
  • 48 g de sucre
  • 12 g de Maizena
  • 1 c. à c. d'extrait de vanille 

Glacage

  • 40 g de chocolat noir à patisser 

Préparation de la pâte à chou

Faire chauffer l'eau et le beurre coupé en morceaux jusqu'à ébullition. Hors du feu, ajouter la farine en une fois. Mélanger à la spatule pour obtenir une pâte homogène. Remettre sur feu moyen et mélanger 2 minutes sans cesser de remuer pour dessecher la pâte. Cela permet d'enlever l'humidité et d'avoir des éclairs qui vont bien gonfler à la cuisson.

Mettre la pâte dans une grand bol. Ajouter les oeufs un à un en fouettant entre chaque oeuf.

Mettre la préparation dans une poche à douille et former des traits de 10 cm de long sur une place recouverte de papier cuisson.

Enfourner dans un four préchauffé à 180°C pendant 30 minutes. Ne pas ouvrir la porte du four pendant la cuisson sous peine de voir les éclairs retomber !

Eclairs 2Eclairs 3

 

Crèmes patissières chocolat et vanille

Faire chauffer le lait à feu moyen. Dans un récipient, mélanger les 3 jaunes d'oeufs avec le sucre et la maizena. Verser le lait chaud sur la préparation en remuant bien. Il ne faut pas faire cuire les jaunes d'oeufs ! Remettre dans la casserole et faire épaissir à feu moyen.

Séparer la crème patissière en deux. Ajouter la vanille à la première moitié. On a ainsi la crème à la vanille.

Pour la crème au chocolat, faire fondre le chocolat au bain-marie. L'ajouter une fois tiédi à la deuxième moitié de la crème patissière. On a ainsi la crème au chocolat.

 Glacage

Faire fondre le chocolat au bain marie.

 Assemblage

Ouvrir les éclairs en deux avec un couteau à pain. Remplir de crème vanille ou chocolat avec une poche à douille.

Eclairs 4

Tremper la partie supérieure de l'éclair avec le chocolat fondu.

On peut s'amuser à décorer les éclairs avec des amandes effilées ou des perles de sucre argentées.

Déguster après quelques heures au frigo !

Eclairs 5

Posté par Sixtine Cuisine à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 février 2015

Ballotine de poulet aux champignons

     Masterchef, Un dîner presque parfait, Qui sera le meilleur pâtissier, La meilleure boulangerie de France... je suis une fan des émissions culinaires. J'adore voir les participants cuisiner à l'écran : mes yeux et mes papilles se régalent ! C'est aussi une source d'inspiration et c'est après un épisode de Top Chef que j'ai voulu essayer les ballotines de poulet aux champignons. Les tranches de volaille avec cette belle farce me donnaient bien envie !

ScreenHunter_127 Feb

Ingrédients pour une ballotine

  • 1 blanc de poulet
  • 50 g de champignons de Paris
  • 1 oignon
  • Du fromage frais (facultatif, je n'en ai pas mis)
  • Sel, poivre, herbes de Provence, ail, etc 

Déposer le blanc de poulet dans un grand carré de film alimentaire et refermer le film sur le blanc. Avec une casserole, taper sur le blanc pour l'aplatir. Faire revenir l'oignon émincé dans un peu d'huile d'olive. Nettoyer, couper les champignons en gros dés et les ajouter dans la poêle. Laisser cuire quelques minutes jusqu'à coloration.

Dans le bol du mixeur, mettre les champignons et les oignons (et éventuellement du fromage frais type Carré frais). Mixer pour obtenir une farce grossière. Assaisonner : sel, poivre, ail, herbes de Provence éventuellement.

Ouvrir chaque carré de film alimentaire et répartir la farce sur les blancs. Rouler la viande sur elle-même avec le film alimentaire en serrant bien les extremités. Déposer les ballotines dans un grand volume d'eau bouillante. Laisser cuire 10 à 15 minutes.

Servir aussitôt avec un riz basmati par exemple !

ScreenHunter_128 Feb

Posté par Sixtine Cuisine à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Naans et poulet tomate coco

     Un soir, B. nous a invités à une soirée mojito et burgers. L'occasion de nous retrouver entre potes de liste et d'évoquer nos souvenirs de campagne associative (“Bouillabaises, chauds comme la braise !”). Ce soir là, B. n'avait pas fait les choses à moitié. La menthe et le citron vert pour les mojitos étaient frais, la viande venait de chez le boucher et B. avait même fait ses buns maison ! Le résultat était excellent et m'a donné envie de me lancer dans la boulangerie. Un detour au supermarché pour acheter un paquet de levure boulangère et je me lancais dans la confection de pâte à pain, de pâte à pizza… ou encore de naans ! Je me suis peu à peu familiarisée avec les temps de pousse et ai enrichi mon vocabulaire culinaire (“dégazer, c'est un mot ca ?”) pour mon plus grand plaisir.

     Ces pains indiens sont accompagnés d'un poulet tomate/coco. On trempe le naan dans la sauce avec la joie de pouvoir manger avec les mains. Pour une version plus gourmande, on peut même farcir les naans de vache qui rit ou tout autre fromage frais : on aura alors des cheese naans ! On s'est régalé avec I. :)

 

Naan poulet 1

Ingrédients pour 8 à 10 naans

  • 500 g de farine
  • 125 g de yaourt nature (un pot)
  • 20 cl d'eau
  • 4 c. à s. d'huile
  • 1 c. à c. de sel
  • 1 c. à c. de sucre
  • 2 pincées de levure chimique
  • 8 g de levure boulangère 

Mélanger tous les ingrédients secs : farine, levures, sel et sucre. Faire un puits et ajouter tous les ingrédients liquides : huile, yaourt, eau. Former une boule avec la pâte et pétrir. Laisser la pâte lever pendant au moins 1h30 dans un endroit tempéré couvert d'un torchon humide. La pâte doit bien gonfler.

Après le temps de pousse, former des boules de pâte de taille identique. Les étaler au rouleau sur un plan de travail fariné. Faire cuire 5 minutes par face dans une poêle à crêpes.

 

Naan poulet 2

 

Ingrédients pour le poulet tomate/coco (2 personnes)

  • 300 g de blancs ou d'escalopes de poulet
  • 1 gros oignon
  • Coulis de tomate (environ une boîte)
  • Environ 20 - 25 cl de lait de coco (à l'oeil) 

Couper le poulet en dés ou en aiguillettes. Le faire dorer très rapidement dans une poêle (le poulet va continuer à cuire dans la sauce). Dans une casserole, faire revenir l'oignon haché dans un filet d'huile d'olive. Ne pas faire cuire trop longtemps. Couvrir avec le coulis de tomate. Ajouter le poulet doré. Couvrir à nouveau et laisser cuire à feu doux pendant 15-20 minutes. La préparation doit réduire et épaissir. Ajouter le lait de coco, couvrir et laisser réduire jusqu'à ce que la sauce ait la consistance souhaitée (plus ou moins épaisse en fonction des goûts). Assaisonner : sel, poivre, ail.

Servir tout de suite !

Poulet tomate coco

Posté par Sixtine Cuisine à 03:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


26 février 2015

Tarte tatin d´endives

“Je n´aime pas les endives.”

      Voilà ce que je rétorquais à ma Maman quand elle nous servait une salade d´endives en hiver. J'étais désespérée quand la saison des salades vertes passait et que les endives reprenaient leurs droits dans le panier de course familial. C'est mon père qui était content et qui se retrouvait avec des feuilles d'endives discrètement posées dans son assiette quand ma mère avait le dos tourné. Et puis en grandissant, j'ai commencé à apprécier (ou plutôt à moins détester) la salade d´endives. Avec une vinaigrette au miel et quelques noix, ca passait très bien !

      Récemment, je me suis dit qu´il fallait que je retente l'expérience endives en version… cuite ! J´ai donc acheté des endives (de mon plein gré ! Ca ne me serait jamais arrivée avant…) dans l'optique de faire une tarte tatin d'endives. Je me suis dit que l'endive caramélisée perdrait de son amertume. Je me lance donc dans la préparation de ma tarte… en attendant le verdict pendant la cuisson !

Tatin endives 1

 

Ingrédients

  • 4 grosses endives
  • 3-4 cuillères à soupe de sucre
  • 30 g de beurre
  • 1 pâte feuilletée ou brisée (maison ici) 

Couper les endives en 4. Faire fondre le beurre dans une grande casserole (pour ma part, il m'a même fallu 2 casseroles). Faire cuire les endives dans le beurre pendant une bonne vingtaine de minutes. Elles doivent perdre de leur volume et ramollir.

Saupoudrer le fond du moule à tarte de sucre. Disposer les endives cuites en rosaces.

Tatin endives 2

 Etaler la pâte feuilletée sur les endives. Piquer la pâte avec une fourchette pour ne pas qu'elle gonfle.

Tatin endives 3

 Faire cuire dans un four préchauffé à 180°C pendant 20 à 30 minutes. La pâte doit être bien dorée.

Tatin endives 4

 Une fois cuite, démouler et déguster avec une bonne salade verte.

Tatin endives 5

      Et alors, le verdict ? Et bien… je n'aime toujours pas les endives cuites. Malgré la caramélisation et même après avoir rajouté du sucre sur ma part de tarte, j´ai trouvé les endives encore beaucoup trop amères. Impossible de manger toute la tarte, même refroidie le lendemain… C´est Y. qui a été content et qui a pu avoir les restes !

Posté par Sixtine Cuisine à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 février 2015

Autriche : les délices de Vienne

     De Nuremberg à Vienne, il n'y a qu'un pas (et quelques heures de voiture) ! Vienne, cette ville royale à l'histoire et la culture si riches : Sissi, Strauss, Freud, Klimt, Hundertwasser... Je garde le souvenir d'une ville magistrale, où les châteaux et résidences royales reflètent le passé du pays et où il est bon de partir à la découverte du centre ville, de ses petites rues et de ses merveilles. 

    La gastronomie est également bien représentée à Vienne. Le "Schnitzel nach Wiener Art" porte fièrement les couleurs du pays. Il s'agit d'une escalope de viande (dinde, poulet ou porc sont au menu des cartes des restaurants) enrobée d'une panure croustillante. Elle est encore meilleure accompagné d'une salade de pomme de terre tiède. Un plat typiquement viennois ! 

Vienne 3

       

     Il serait dommage de parcourir Vienne sans profiter de sa "bouffe de rue". Comme en Allemagne, les saucisses sont à la fête ! Il ne faut pas hésiter à croquer dans ces "Frankfurter", des saucisses aux airs de saucisses de Francfort ou de Knacks alsaciennes, surtout quand elles sont accompagnées de moutarde à l'estragon. Une vraie madeleine de Proust qui me rappelle des vacances à Salzburg il y a presque 15 ans. Le petit pain "Kaisersemmel" est le meilleur ami de ces jumelles de saucisses et deviendra rapidement le vôtre. Le parfait snack à tout moment de la journée, au petit-déjeuner ou avant d'aller voir un spectacle à l'Opéra. Les "Würstelstand" ne manque pas ! A tous les coins de rue, ils proposent une bonne dizaine de saucisses différentes : Käserkrainer (saucisse avec des morceaux de fromage), Bratwurst (la saucisse grillée, la base), Burenwurst (saucisse plus relevée), Waldviertler (saucisse fumée), etc... On peut également y manger du Leberkäse, une sorte de pain de viande dont la texture ressemble à de la chair à saucisse plus aérée. On en coupe une généreuse tranche et on la mange avec cette moutarde au goût si viennois. J'adore...

Vienne 1

Vienne 2

   

     Vienne évoque aussi la chaleur de ses cafés et la douceur de ses patisseries. Que les vitrines sont tentantes ! De bons gâteaux à la crème font les yeux doux au visiteur qui est sur le point de craquer... Rien de tel pour reprendre des forces après plusieurs heures passées dehors à arpenter les rues de la ville et les galeries des musées. Le chocolat chaud sera si réconfortant ! Surtout quand il est accompagnée de la Sachertorte, LA spécialité de Vienne. Fierté du café Sacher, il s'agit de deux génoises au chocolat qui renferment une confiture d'abricots. Le tout est recouvert d'un glacage au chocolat noir. Rien de bien compliqué en soi mais il s'en mange des centaines par jour et on la trouve à la carte de tous les cafés ! J'ai aussi gouté la Mozarttorte qui se compose de couches de chocolat, de crème et de praliné et qui est recouverte de copeaux de chocolat. Miam !

Vienne 4

Vienne 5

 

    Il y a encore beaucoup d'autres merveilles à goûter à Vienne : le Tafelspitz (pièce de boeuf bouillie servie avec du raifort, des légumes et des pommes de terre - une adaptation locale du pot-au-feu !), le Kaiserschmarn (crêpe épaisse servie avec des raisins secs et du sucre glace - de bons souvenirs d'enfance renaissent à la lecture de ce mot. Je revois ma Maman cuisiner le Kaiserschmarn d'après une recette en allemand et nous le servir en dessert), l'Apflestrudel (strudel aux pommes), les Marillenknödel (Knödel sucrée farçies avec un abricot - le cauchemar de mon Papa lorsqu'il était en échange à Salsbourg), etc... De nombreuses excuses pour retourner à Vienne !

Posté par Sixtine Cuisine à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 février 2015

Tomates au riz

     Les tomates au riz sont une recette de famille qui me fait directement penser à mon enfance. C'était un de mes plats préférés : j'adorais (et c'est toujours le cas) le goût particulier du riz cuit en même temps que les saucisses et les tomates. Un peu collé et grillé, le riz prenait les saveurs des tomates caramélisées. Le principe de ce plat est simple : tous les ingrédients sont disposés dans la grande sauteuse et cuisent ensemble. Un plat fait par ma grand-mère puis ma Maman et mon oncle dont je n'ai jamais pu trouver la recette sur Internet ou dans les livres de cuisine (je n'ai d'ailleurs jamais compris pourquoi on a toujours appelé ce plat "tomates au riz" chez moi : l'ingrédient principal n'est-il pas la saucisse ?). C'est une histoire de famille et de transmission : c'est aussi ça la cuisine ! La recette m'a donc été transmise à l'oral et certaines parties ont été difficiles à retranscrire : c'est beaucoup de feeling !

Ingrédients pour 2 personnes

  • 4 chipolatas ou saucisses aux herbes
  • 3 tomates
  • 6 c. à s. de riz cru

ScreenHunter_103 Feb

Couper les tomates en deux dans le sens de la hauteur. Les épépiner et réserver le jus. Remplir les tomates évidées d'une partie du riz.

Verser un filet d'huile d'olive dans une grande sauteuse. Disposer les demi-tomates dans la sauteuse et verser le reste de riz qui n'a pas pu rentrer dans les tomates. Humecter le riz avec le jus de tomate et les pépins. Disposer les saucisses dans la sauteuse. Saler, poivrer et/ou ajouter des herbes de Provence. Couvrir et faire cuire à feu moyen au début (environ 10 minutes). L'objectif est de faire griller les saucisses sans complètement les cuire et de faire caraméliser les tomates. Faire ensuite cuire à feu plus vif en ajoutant de l'eau dans la sauteuse pour faire cuire le riz... tout en laissant néanmoins caraméliser les tomates (c'est toute la difficulté de la recette). Compter au total 30 minutes de cuisson.

Posté par Sixtine Cuisine à 21:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 février 2015

Galette des rois frangipane

     En janvier, après les chapons farcis, les milliards de sablés engloutis et les litres de champagnes avalés, il est coutume de commencer l'année avec la galette des rois. Une tradition que j'aime tant, à la fois parce que j'adore ce gâteau au bon goût d'amande mais aussi parce qu'elle est le symbole de la convivialité : qu'il est bon de se retrouver autour d'une galette à l'heure du thé ! En janvier, pas besoin de préciser quel dessert marquera la fin d'un repas entre amis. C'est un gâteau qui sent si bon l'amitié et le partage. Tout ce que j'aime dans la cuisine ! 

     Je me réjouissais donc de voir fleurir les galettes des rois dans les magasins et les boulangeries. J'avais oublié une chose : la galette des rois à la frangipane est une tradition bien francaise... Impossible de voir de belles galettes dans les vitrines des Bäckerei allemandes ! Quel dommage et quelle déception... Je ne pouvais pas me résoudre à ne pas manger de la galette cette année. Qu'à cela ne tienne, je décide de prendre le taureau par les cornes : la galette, c'est moi qui la ferai ! Et je suis ravie d'avoir été obligée à relever ce défi. L'année prochaine, c'est moi qui apporte le dessert ! 

Galette 1

 Pour une galette de 4 à 6 parts

Crème patissière

  • 1 oeuf
  • 25 g de sucre
  • 15 g de farine
  • 12,5 cl de lait
  • 1 gousse de vanille

Crème frangipane

  • 1,5 jaune d´oeuf
  • 62,5 g de beurre pommade
  • 50 g de sucre
  • 62,5 g de poudre d'amande 
  • 2 c. à s. de rhum
  • Une pâte feuilletée
  • Une fève
  • Le demi-jaune d'oeuf restant avec un peu de lait pour la dorure 

     Commencer par la préparation de la crème patissière. Foutter l'oeuf avec le sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse. Ajouter la farine et mélanger. Fendre la gousse de vanille en deux. Récupérer les graines et les déposer avec le lait dans une casserole. Faire chauffer le lait. Le verser petit à petit sur le mélange oeuf/sucre. Mélanger puis remettre le tout dans la casserole. Faire épaissir à feu doux. Filmer ensuite au contact avec du fillm alimentaire (c'est important pour éviter la formation d'une croûte) et laisser reposer au frais pendant une heure.


    Préparer ensuite la crème d'amande. Verser le sucre et la poudre d'amande dans un cul-de-poule. Ajouter progressivement le beurre pommade en morceaux. Travailler le tout à la main pour incorporer le beurre au sucre et à la poudre d'amande du bout des doigts. A la fin, on doit obtenir une crème homogène. Une fois tout le beurre incorporé, ajouter les jaunes d'oeufs et mélanger avec une spatule.

    Pour obtenir la crème frangipane, mélanger la crème patissière refroidie et la crème d'amande. Ajouter les 2 cuillères à soupe de rhum (j´aime que la crème soit aromatisée mais si vous aimez moins le rhum, une cuillère suffira) et mélanger.

    Avec une pate feuilletée, former deux cercles de tailles égales. Etaler la première moitié de la pâte. Etaler la crème frangipane sur la pâte et s'arrêter à deux centimètres du bord. Insérer la fève dans la crème. Badigeonner le bord de la pâte avec de l'eau. Déposer la deuxième moitié de la pâte feuilletée en soudant les bords avec les doigts. Dessiner des motifs sur la pâte avec un couteau avant de la badigeonner avec un mélange jaune d'oeuf/lait. Attention à ne pas mettre de jaune sur les bords de la pâte car cela empêcherait le feuilletage de se développer à la cuisson. Laisser la galette reposer pendant une heure au frais. Repasser un couteau sur les motifs dessinés et faire une cheminée au centre de la galette pour qu'elle ne gonfle pas.

   Faire cuire dans un four préchauffé à 200°C pendant 30 minutes. Déguster tiède mais je préfère encore quand la galette a bien refroidi et que les arômes d'amande et de rhum se font bien ressentir. A partager en famille !

 

Galette 2

Galette 3

 

Posté par Sixtine Cuisine à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 février 2015

Chine : les raviolis "xiao long bao"

     Dans le cadre de mes études, je suis partie vivre 4 mois à Shanghai. J'étais habituée à la vie à l'étranger mais n'avais pas mis les pieds hors d'Europe pour m'y installer pendant plusieurs mois. A moi la grande aventure, l'Asie, la Chine et sa culture si différente et Shanghai et sa vie à 100 à l'heure. Je quittais donc les montagnes des Alpes où je m'étais fait un petit nid douillet pour affronter la vie d'une ville à 23 millions d'habitants. Au revoir le lac d'Annecy et les sommets enneigés, bonjour l'eau polluée du Huangpu et les gratte-ciels à perte de vue ! Une sacrée expérience qui a demandé de s'adapter mais qui a été riche d'enseignements et de découvertes.

     Ce sont mes papilles qui ont aussi découverts de nouvelles saveurs ! J'ai fait mes adieux (provisoires) au fromage (et au reblochon !), aux pâtes à la farine de blé et aux tartes et quiches. J'ai été très agréablement surprise par la gastronomie chinoise et particulièrement shanghaïenne. Mes stéréotypes sont rapidement tombés : je n'ai pas vu l'ombre d'un nem (c'est vietnamien) ni d'un rouleau de printemps (aussi !). J'y ai trouvé assez peu de fritures mais quelque chose que j'ai adoré : les xiao long bao. Il s'agit de raviolis à la pâte fine cuits à la vapeur aux farces très diverses : porc, légume, poisson, boeuf, crabe, crevette etc. C'est un véritable délice ! Ces xiao long bao font partie de mon top 3 de la gastronomie shanghaïenne. 

 

Xiao long bao 1

      

     Les xiao long bao sont cuits dans de grands paniers en vapeur. Ils sont souvent accompagnés de sauce soja. Leur particularité ? La farce est enrobée d'un jus délicieux qui s'échappe quand on perce la pâte. Il faut donc utiliser une cuillère chinoise (vous voyez, ces cuillères au fond plat ?) dans laquelle on dépose le xiao long bao et qui permet de garder ce jus. C'est vraiment magiiiiique !

 

Xiao long bao b

 

Posté par Sixtine Cuisine à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,